Facebook Twitter Flickr RSS

Déclaration FCPE 87 au CDEN du 23 juin 2017

DECLARATION FCPE AU CDEN DU 23 – 06 -- 2017

 

 

Lors de l’AG des DDEN le 10/06/2017, le représentant de la Haute-Vienne du SNUipp a indiqué que son syndicat était « pour la semaine de 4 jours », fort d’un questionnaire à ses adhérents qui a montré que 75% des enseignants syndiqués qui ont répondu, étaient contre la semaine de 4 jours ½ parce que pour la plupart, ils étaient « très fatigués ».

Vu la campagne de dénigrement menée lors de la mise en œuvre, je suis étonné de ne pas voir un résultat de 100% ! (Dans la Creuse, cette même question a vu 95% de réponses contre les rythmes).

 

Le nouveau ministre nous a déclaré à Biarritz :"Je ne ferai pas de nouvelle grande loi sur l'éducation, ni de changements qui correspondraient à des zig-zag pédagogiques", affirme-t-il., mais en même temps, il nous présente un projet de décret qui prévoit d'expérimenter le retour aux 4 jours de classe par semaine en primaire. Là il entre dans le « zig »

Et pourtant en 2008, nous étions peu nombreux à nous insurger contre la semaine de quatre jours (6 h X 4 Jours =24 heures Hebdomadaires au lieu de 26 soit deux heures d'enseignement supprimées chaque semaine. L’année scolaire comportant 36 semaines, cela fait 2 H X 36 semaines = 72 H donc un manque de 3 semaines de travail par année scolaire. A cette époque-là, le silence syndical était assourdissant.

 

La réforme «100% de réussite en CP» (ou «CP à 12») Va entraîner un besoin important d’enseignants, mais le ministère assure : «le dédoublement des classes de CP en REP+ ne signifie pas la suppression du dispositif "Plus de maîtres que de classes"» qui concerne le cycle 2 (du CP au CE2),

Pourtant, une enquête de la Direction de l'évaluation et de la prospective, relayée par France Info, conclut que la «réduction de la taille des classes des CP est, à elle seule, d’un intérêt pratiquement nul»...

 

La contre réforme du collège

 

Le second sujet important du CSE c'est « la contre réforme du collège ». Et là, M. Blanquer entre dans le « ZAG ». Il propose des textes qui « détricotent » la réforme du collège et mettent entre parenthèses les EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires )

 

« Le nouveau texte ne supprime pas les EPI, mais Il supprime leur liste et l'obligation d'en faire. » ( Il n'y a pas davantage de temps de référence pour l'AP (l’Aide personnalisée) ni pour le nombre d'EPI à faire).

 

Certains syndicats ne semblent pas fâchés de la mise à mal de la réforme. Ils saluent " la suppression du carcan des EPI » et le retour, sous la dénomination « d’enseignements facultatifs » des sixièmes bilangues, des classes euros, des anciens horaires pour les langues anciennes et les langues régionales en quatrième et en troisième."

 

Revenir à la semaine de 4 jours est un recul important où l'intérêt de l'enfant n'est plus pris en compte. L’Etat devrait donc aider davantage les petites communes qui manquent de financements pour maintenir les nouveaux rythmes, et ouvrir la réflexion à la fois sur les problèmes de remplacement qui seront sans doute toujours aussi prégnants et sur l’aménagement de l’année scolaire.